Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • LE GRAND EXODE RUSSE - EUROPE 1917-1939 - édition YMCA-PRESS, 2009

    korliakov 002.JPG

     

    LE GRAND EXODE RUSSE - EUROPE 1917-1939 - édition YMCA-PRESS, 2009

    Parution du Grand Exode Russe d’Andreï Korliakov aux éditions YMCA-PRESS

    Album en noir et blanc consacré à la dispersion russe (plus de 1600 photos inédites)

    Textes en français et en russe.

    РУССКАЯ ЭМИГРАЦИЯ В ФОТОГРАФИЯХ

    1600 photographies – pour la plupart inédites – du grand exode russe à travers Constantinople et Gallipoli, Lemnos et Salonique, Chypre et Malte, Bulgarie et Yougoslavie, Albanie et Tchécoslovaquie, Pologne et Roumanie, Finlande et Estonie, Lettonie et Lituanie, Angleterre et Norvège, Danemark et Allemagne, Belgique et Luxembourg, France et Suisse, Italie, Monaco et Espagne dans la série l’Emigration russe en photos, 1917-1947.

    Partout se formèrent des colonies russes – des Russies en miniature. Partout l’on pouvait voir des enseignes russes aux devantures des magasins et des ateliers, des fabriques et des usines, des salons de coiffure et des imprimeries. Des églises orthodoxes, des écoles, des associations, des lieux de réunion, des restaurants, des cabarets, et, partout, le flash du magnésium ou le simple clic-clac du mécanisme d’un appareil d’amateur. Tout cela finirait bientôt, et l’on aurait des souvenirs à évoquer.

    Mais ce n’est qu’un début. Bientôt paraîtra la deuxième partie du Grand Exode Russe, celle qui concerne le Japon, la Chine, les Philippines, l’Australie, l’Inde, l’Afrique, l’Amérique du Sud et du Nord et d’autres coins du monde qui ont accueilli les émigrés russes.

    "Qui aurait pu penser que les photographies de famille deviendraient pour de longues années des émigrées avec ceux qu’elles représentaient ?

    Tous ceux qui quittaient la Russie, sans exception, ont essayé de conserver ce qu’ils avaient de plus cher et de plus intime : les photographies de leur famille et de leurs proches. Le commandant de l’Armée blanche, le baron Wrangel, s’était donné beaucoup de mal en quittant Sébastopol pour emporter avec lui des photographies et des documents d’archives. Mais, le 15 octobre 1921, en rade de Constantinople, l’Adria, un navire italien, heurta à pleine vitesse le yacht Lukull qui coula en deux minutes et s’enfonça à une profondeur de 16,5 sagènes. On ne put sauver qu’une moitié des papiers d’un grand intérêt, des icônes serties de pierres précieuses, des photographies éparses et d’autres objets personnels. Le reste disparut.

    Une partie de l’armée se réfugia à Gallipoli, l’autre à Lemnos. L’escadre se dirigea vers Bizerte. Dès les premiers jours de vie en territoire étranger, on assiste à la création de laboratoires photographiques. À Gallipoli, c’est le lieutenant Paul Kritski qui dirigeait un laboratoire de ce type.

    L’idée était simple : l’exil ne durerait pas longtemps, on serait bientôt de retour en Russie et, alors, dans le cercle des proches et des amis, on aurait des souvenirs à évoquer en revoyant ces photographies.

    Aussi les tirages se font-ils sous la forme de cartes postales à envoyer par la poste, ou même de petits blocs de photographies intitulés L’Armée russe à Gallipoli.

    Le baron Wrangel dispose d’un exemplaire de chaque cliché où sont fixés les moments de la vie quotidienne des troupes en exil : les baraquements des soldats, les exercices de tir, l’entraînement sportif, la pose de la première pierre et la consécration d’un monument dédié aux victimes et aux prisonniers de la guerre russo-turque et de la guerre civile, les longues files de soldats russes portant des briques pour l’édification du monument, les enfants des militaires pendant leurs jeux, la chapelle de campagne, les taudis dans lesquels certains des combattants devaient vivre, la lecture du journal mural et même une vue d’un mur décoré avec le motif du Kremlin de Moscou, afin que personne n’oublie la patrie à laquelle on avait été arraché....."

    Andreï Korliakov

    EN VENTE DES 29 SEPTEMBRE 2009 AU PRIX DE 80 EUROS

    CHEZ L'AUTEUR (AU 16 RUE FREMICOURT, 75015, PARIS)

    TEL : 0610390435.

    Mail : korliakov@emigrationrusse.com

     

    A voir absolument ici le site d'Andreï Korliakov

    Les bibliothèques peuvent s’adresser directement à l’auteur pour passer commande de l’ouvrage.