Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecrivains, poètes - Page 3

  • Exposition Pouchkine 1937

    Célèbre affichette de l'exposition "Pouchkine 1837-1937" organisée par Serge Lifar salle Pleyel à Paris du 16 mars au 15 avril 1937.

    Dessin de Jean Cocteau.

    medium_Pouchkine2_003.jpg

    "L'être humain porte profondément en soi un sentiment mystique et subconscient. Quiconque ne possède pas d'intimes vibrations est un être pauvre, infécond et demeure fermé aux Mystères de la Vie et de l'Univers. La religion est une extériorisation formelle de cet instinct suprême. Chacun de nous a son dieu, ses idoles et c'est la raison pour laquelle ils sont si nombreux. Autour de Dieu - seul et invisible - l'homme dresse tout un Panthéon de divinités. Eschyle a dit :
    -Les dieux sont les sourires de la Divinité; les hommes sont ses larmes.
    Nul n'a créé tant de dieux que les Grecs, sages entre les sages. Le plus beau, le plus clair, le plus lumineux de l'Olympe est Apollon, chef des Muses éthérées, Musagète protecteur des Arts.

    La Russie a son Dieu, son Apollon : Pouchkine qui, plus inspiré que tout autre a su enflammer le coeur du peuple. Je vénère Pouchkine, animateur de ma vie. Sa sagacité m'enrichit, apporte lumière et bonheur dans mes créations, immatérialise mon effort. Les générations passionnées de Pouchkine deviennent de plus en plus nombreuses et notre joie est grande de voir que notre foi a gagné l'Univers.
    Grâce à Pouchkine, les Russes ont leur Parnasse.

    Les objets ayant appartenu au poète sont imprégnés d'esprit qu'ils nous communiquent, prenant ainsi figure de symboles et nous enrichissent de tout un passé d'espérances et de larmes, de combats et d'extases.
    En voyant les pistolets que Pouchkine et son adversaire braquèrent l'un sur l'autre, n'est-on pas saisi d'émotion comme devant le fauteuil où Molière expira?
    Il ya cent ans, le 9 février 1837, était tué dans un funeste duel notre génie national.

    Notre but, en réunissant pieusement les manuscrits et les objets familiers de Pouchkine, est de recréer pour le visiteur l'ambiance dans laquelle vécut le poète.

    Serge Lifar.

    L'exposition sera ouverte tous les jours, du 16 mars au 15 avril, de 14h. à 23 h.au Foyer de la Salle Pleyel.
    Des conférences seront données quatre fois par semaine par les plus grands écrivains français et russes, perpétuant le culte de Pouchkine.


    Voir photo plus grande sur bibliophilie russe

  • Carte postale du célèbre journal "La Renaissance"

    Carte postale publiciataire du célèbre journal de l'émigration russe "La Renaissance" (Vozrojdenie) devenue par la suite revue littéraire

    "Organe de la pensée nationale indépendante"


    medium_Pougny_005.jpg



    Ce journal était quotidien de 1924 à 1935 et hebdomadaire de 1936 à 1940. C'est le précurseur de la célèbre revue littéraire et politique paraissant à Paris entre 1949 et 1974. Des exemplaires de cette revue trainaient dans chaque appartement de l'émigration russe (243 numéros parus). Cette revue est maintenant reconnue à sa juste valeur et étudiée par les chercheurs.
    De grands écrivains de l'émigration ont publié dans ses pages (Bounine, Merejkovski, Zaitsev, Remizov, V. Smolenski etc).

  • Lettre inédite de Nina Berberova

    medium_teffi_berberova_002.jpg


    Voir photo plus grande sur Bibliophilie russe
    Curieuse lettre de Nina Berberova au poète Vladimir Smolensky écrite à Paris le 4 septembre 1946.


    "4 sept 1946

    21 rue de Miromesnil Paris 8. ANJ 05-86

    Mon Volodia,

    Si vous avez décidé de ne pas éditer votre revue, je vous demande vraiment de me renvoyer de toute urgence mon article sur Blok et l'article de Zlobine sur les Merejkovsky. J'ai besoin des deux articles de toute urgence. Je serais heureuse de vous voir. J'espère que tout va bien pour vous.

    Votre recueil de poésies offert à Khodassevitch, avait été pris par les allemands avec tous les autres livres, il est revenu entre mes mains par miracle. Je peux vous l'offrir.

    Votre /impatiente de recevoir les manuscrits/ Nina Berberova."

    La lettre porte le nom, l'adresse et le téléphone de Teffi avec (visiblement pour mémoire son patronyme en abréviation Nadejda Alexandrovna)
    En haut de la lettre le nom de Tsetlin avec un numéro de téléphone.

    Beaucoup de grands noms du Paris littéraire russe des années 30, réunis sur cette feuille.

  • Les Annales contemporaines

    medium_Sov_zapiski_001.jpg

    Premier numéro de la plus célèbre des revues littéraires de l'émigration russe en Europe occidentale. Revue de 350 pages, 70 numéros parus entre 1920 et 1940. Tous les plus grands écrivains et poètes de l'émigration russe de la première génération y furent publiés. Les jeunes auteurs (ayant commencé à publier en France) y sont cependant peu représentés (à l'exeption de Nabokov).
    Auteurs publiés :Adamovitch, Aldanov, Balmont, Berberova,Bounine, Gazdanov, Gippius, Zaitsev, G. Ivanov, Merejkovski, Nabokov, Ossorguine, Poplavsky, Remizov, A.Tolstoi, Tsvetaeva, Khodassevitch, Chteiger.

  • Manuscrit de Boris Zaitsev, "Dni"

    Journal manuscrit signé de 12 pages daté de 1941. "La retraite" (du livre Dni).
    Journal de Boris Zaïtsev (Ces pages concernent le mois d'avril). Les feuilles, annotées et corrigées étaient visiblement destinées à une publication dans le journal "Orion", revue littéraire (un numéro paru) de l'émigration russe.
    Le livre "Dni" (Les jours) a été publié en Russie en 1995 par la maison d'édition "Russkii Put'" à Moscou

    medium_chapiro_Dni_Chaliap_005.jpg