Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bibliophilie émigration russe - Page 4

  • Exposition d'Ivan Sollogoub

    invitweb-nov09.jpg

    Du 20 au 29 novembre, Ivan Sollogoub ouvre les portes de son atelier.
    Vernissage le vendredi 20 novembre de 17h à 22h.

    L'Atelier rouge
    21 rue Chaudron
    75010 Paris
    métros : Stalingrad, Louis Blanc ou Gare du Nord
    Heures d'ouverture : samedis et dimanches de 14h à 22h
    La semaine sur rendez-vous
    au 06 70 10 27 85 ou sur son site ici
     

    Ivan Sollogoub est né en 1974 à Paris.

    D’origine russe, il a passé quelques années comme unique élève de Sergueï Toutounov, lui-même formé aux beaux-arts de Moscou. Il a appris de lui le métier et la technique de la peinture à l’huile sur le motif.

    C’étaient des natures mortes et paysages traités de façon réaliste, quasi académique.

    Il a ensuite poursuivi sa voie seul, avec des paysages de ville, Paris surtout, et des scènes exécutées en voyage au Maroc.

    Ce dernier lui ayant laissé des impressions mémorables, il y est retourné pour plusieurs mois. C’est là-bas qu’il a commencé à peindre autrement. Toujours de manière figurative, mais en approfondissant le travail sur la couleur et la lumière.

    Depuis, il continue cette recherche, tout en explorant les possibilités qu’offrent la force et la vie de la matière. Il peint en contact intense avec ce qui l’entoure, en concentrant sa vision autour de thèmes récurrents, permettant ainsi d’organiser son œuvre en séries se faisant écho
  • LE GRAND EXODE RUSSE - EUROPE 1917-1939 - édition YMCA-PRESS, 2009

    korliakov 002.JPG

     

    LE GRAND EXODE RUSSE - EUROPE 1917-1939 - édition YMCA-PRESS, 2009

    Parution du Grand Exode Russe d’Andreï Korliakov aux éditions YMCA-PRESS

    Album en noir et blanc consacré à la dispersion russe (plus de 1600 photos inédites)

    Textes en français et en russe.

    РУССКАЯ ЭМИГРАЦИЯ В ФОТОГРАФИЯХ

    1600 photographies – pour la plupart inédites – du grand exode russe à travers Constantinople et Gallipoli, Lemnos et Salonique, Chypre et Malte, Bulgarie et Yougoslavie, Albanie et Tchécoslovaquie, Pologne et Roumanie, Finlande et Estonie, Lettonie et Lituanie, Angleterre et Norvège, Danemark et Allemagne, Belgique et Luxembourg, France et Suisse, Italie, Monaco et Espagne dans la série l’Emigration russe en photos, 1917-1947.

    Partout se formèrent des colonies russes – des Russies en miniature. Partout l’on pouvait voir des enseignes russes aux devantures des magasins et des ateliers, des fabriques et des usines, des salons de coiffure et des imprimeries. Des églises orthodoxes, des écoles, des associations, des lieux de réunion, des restaurants, des cabarets, et, partout, le flash du magnésium ou le simple clic-clac du mécanisme d’un appareil d’amateur. Tout cela finirait bientôt, et l’on aurait des souvenirs à évoquer.

    Mais ce n’est qu’un début. Bientôt paraîtra la deuxième partie du Grand Exode Russe, celle qui concerne le Japon, la Chine, les Philippines, l’Australie, l’Inde, l’Afrique, l’Amérique du Sud et du Nord et d’autres coins du monde qui ont accueilli les émigrés russes.

    "Qui aurait pu penser que les photographies de famille deviendraient pour de longues années des émigrées avec ceux qu’elles représentaient ?

    Tous ceux qui quittaient la Russie, sans exception, ont essayé de conserver ce qu’ils avaient de plus cher et de plus intime : les photographies de leur famille et de leurs proches. Le commandant de l’Armée blanche, le baron Wrangel, s’était donné beaucoup de mal en quittant Sébastopol pour emporter avec lui des photographies et des documents d’archives. Mais, le 15 octobre 1921, en rade de Constantinople, l’Adria, un navire italien, heurta à pleine vitesse le yacht Lukull qui coula en deux minutes et s’enfonça à une profondeur de 16,5 sagènes. On ne put sauver qu’une moitié des papiers d’un grand intérêt, des icônes serties de pierres précieuses, des photographies éparses et d’autres objets personnels. Le reste disparut.

    Une partie de l’armée se réfugia à Gallipoli, l’autre à Lemnos. L’escadre se dirigea vers Bizerte. Dès les premiers jours de vie en territoire étranger, on assiste à la création de laboratoires photographiques. À Gallipoli, c’est le lieutenant Paul Kritski qui dirigeait un laboratoire de ce type.

    L’idée était simple : l’exil ne durerait pas longtemps, on serait bientôt de retour en Russie et, alors, dans le cercle des proches et des amis, on aurait des souvenirs à évoquer en revoyant ces photographies.

    Aussi les tirages se font-ils sous la forme de cartes postales à envoyer par la poste, ou même de petits blocs de photographies intitulés L’Armée russe à Gallipoli.

    Le baron Wrangel dispose d’un exemplaire de chaque cliché où sont fixés les moments de la vie quotidienne des troupes en exil : les baraquements des soldats, les exercices de tir, l’entraînement sportif, la pose de la première pierre et la consécration d’un monument dédié aux victimes et aux prisonniers de la guerre russo-turque et de la guerre civile, les longues files de soldats russes portant des briques pour l’édification du monument, les enfants des militaires pendant leurs jeux, la chapelle de campagne, les taudis dans lesquels certains des combattants devaient vivre, la lecture du journal mural et même une vue d’un mur décoré avec le motif du Kremlin de Moscou, afin que personne n’oublie la patrie à laquelle on avait été arraché....."

    Andreï Korliakov

    EN VENTE DES 29 SEPTEMBRE 2009 AU PRIX DE 80 EUROS

    CHEZ L'AUTEUR (AU 16 RUE FREMICOURT, 75015, PARIS)

    TEL : 0610390435.

    Mail : korliakov@emigrationrusse.com

     

    A voir absolument ici le site d'Andreï Korliakov

    Les bibliothèques peuvent s’adresser directement à l’auteur pour passer commande de l’ouvrage.

  • Colloque international à Strasbourg

    emi b2 003.JPG
    Du 30 septembre 2009 au 2 octobre 2009, Université de Strasbourg
    Figures de l'émigré russe en France au XIXe et XXe siècle. Fiction et réalité

    Colloque international


    du 30 septembre au 2 octobre 2009 Université de Strasbourg bâtiment Le Portique, salle 409

    Groupe de recherches « Europe des Lettres », dans le cadre de l'équipe d'accueil Configurations littéraires (EA 1337)



    Programme


    Mercredi 30 septembre


    à partir de 8:45 h accueil des participants

    9:00h ouverture officielle du colloque


    9:30h S. Philonenko / T. Victoroff / Ch. Krauss: présentation de la problématique


    I. L'émigration russe en France : multiples visages

    10:00h – 11:00h (président de séance : Pierre Hartmann)

    Nikita Struve (Université Paris 10) : Les trois vagues de l'émigration russe consécutives à la révolution (1918-1988)

    Dominique Desanti (Paris) : Le regard d'une adolescente française sur les intellectuels russes émigrés dans les années 30

    11:00h – 11:30h pause

    11:30h – 12:30h

    Andrei Korliakov (Paris) : Le grand exode russe : tous les chemins mènent en France (Présentation de l'exposition de photos)

    Hélène Ménégaldo (Université de Poitiers) : Entre stéréotypes et clichés : l'émigré russe et ses avatars

    12:30h – 14:30h midi

    II. Figures de l'émigré russe dans la France du XIXe siècle

    14:30h – 16:00h (président de séance : Jean-Pierre Morel)

    Michel Cadot (Université Paris 3) : Le général Dourakine de la comtesse de Ségur, et le prince Noronsoff de Jean Lorrain. Deux figures romanesques franco-russes.

    Charlotte Krauss (Université de Strasbourg) : Les dangereux attraits de l'émigrée russe, vus par la fiction française de Balzac à Lorrain

    Véra Milchina (Université en sciences humaines de Moscou, Russie) : Réécrire les Mémoires d'outre-tombe. La réception insolite de l'oeuvre de Chateaubriand par un émigré russe, Wladimir Pétcherine

    16:00 – 16:30h pause

    16:30h – 18:00h (président de séance : Michel Cadot)

    Eléonore Reverzy (Université de Strasbourg) : Fonctions du révolutionnaire: le personnage de Souvarine dans Germinal de Zola

    Françoise Genevray (Université Lyon 3) : « Ici finit tout noble souvenir » : Herzen en France

    Yves-Michel Ergal (Université de Strasbourg) et Marie-José Strich (Paris) : Née Rostopchine : la Comtesse de Ségur

    19:00h Réception au consulat de Russie


    Jeudi 1er octobre

    III. Nouvelles rencontres : regards russes, regards français

    9:00h – 10:30h (président de séance : Pascal Dethurens)

    Jean-Pierre Ricard (Bordeaux) : Du boyard au rastaquouère : avatars d'un stéréotype dans le roman populaire français à la fin du XIXe siècle

    Cynthia Evariste (Paris) : Les Duchesses russes, ces « coeurs purs », dans le théâtre français des années 1920-1930

    Alexandre Bourmeyster (Université de Grenoble) : L'émigré russe des "années folles" à Paris, dans l'oeuvre de Joseph Kessel

    10:30h – 11:00h pause

    11:00h – 12:30h (président de séance : Nikita Struve)

    Régis Gayraud (Université Clermont-Ferrand 2) : Iliazd ou le refus de l'émigration

    Martina Stemberger (Université de Vienne, Autriche) : «Paris, c'est notre but à tous, n'est-ce pas ?» Exils russes chez Paul Morand

    Nicolas Di Méo (Université de Strasbourg) : Entre décadence et appel de la patrie : les émigrés russes chez Paul Morand

    12:30h – 14:30h midi

    IV. La première vague d'émigration au féminin

    14:30h – 16:00h (président de séance : Hélène Ménégaldo)

    Sonia Philonenko (Université de Strasbourg) : Nadiejda Teffi – La condition d'émigré à travers le prisme du discours

    Gayaneh Armaganian (ENS Lyon) : Figures de l'émigré russe dans l'oeuvre de Nina Berberova

    Olga Blinova (Strasbourg) : L'exil dans l'oeuvre de fiction de Zinaida Gippius : entre l'inacceptable et l'irréalisable

    16:00 – 16:30h pause

    16:30h – 18:00h (président de séance : Cécile Vaissié)

    Annick Morard (Université de Genève) : La prose d'Ekaterina Bakounina : une tentative féministe de (re)construction de soi

    Olga Korchevskaïa (Université de Crimée, Ukraine) : L'émigrant russe dans le roman de Jacques Croisé (Zinaïde Schakhovskoy) Sortie de secours : A la recherche d'une identité nationale

    Danièle Beaune-Gray (Université d'Aix en Provence) : A.V. Holstein (1850-1936) : La fiction idéologique dans le miroir de l'émigration

    18:00 – 18:30h pause

    18:30h Soirée lecture en coopération avec l'Action culturelleTextes lus par Hugues de la Salle, Amélie Enon et Kévin Keiss, élèves de l'école du Théâtre National de Strasbourg (Groupe XXXIX, sections dramaturgie et mise en scène)


    Vendredi 2 octobre

    V. Représentations et mises en scène

    9:00h – 10:30h (président de séance : Claude de Grève)

    Michel Aucouturier (Université Paris 4) : L'image de l'émigré russe dans l'oeuvre de Gaïto Gazdanov

    Gervaise Tassis (Université de Genève) : La figure de l'exilé russe dans les romans de Iouri Felzen

    Maria Rubins (Université de Londres) : Figures de l'émigré russe dans les écrits d'Irène Nemirovsky

    10:30h – 11:00h pause

    11:00h – 12:30h (président de séance : Sonia Philonenko)

    Agnès Edel-Roy (Université Paris 3) : L'au-delà nabokovien de l'exil français

    Tatiana Victoroff (Université de Strasbourg) : "J'entendis une voix qui m'appelait" le dialogue d'Anna Akhmatova avec les émigrés

    Michaël Meylac. (Université de Strasbourg) : « Ballets Russes » et « la russification » du ballet mondial

    12:30h – 14:30h midi

    VI. Nouvelles générations et échos de l'émigration russe en France

    14:30h – 16:00h (président de séance : Michel Aucouturier)

    Jean-Pierre Morel (Université Paris 3) : Le rôle de la France dans le Journal 1970-1986 d'Andréï Tarkovski

    Georges Nivat (Université de Genève) : Le mythe de l'émigration chez Soljenitsyne

    Cécile Vaissié (Université Rennes 2) : Saperlipopette ! Victor Nékrassov, Prix Staline et badaud parisien

    16:00h – 16:30h pause

    16:30h – 18:00h (président de séance : Véra Milchina)

    Louba Jurgenson (Université Paris 4) : Enfance de N. Sarraute et La Promesse de l'aube de R. Gary : le récit et la construction d'une identité hybride par deux écrivains émigrés français

    Olga Ouchakova (Université de Tioumen, Russie) : English Contacts of Russian Exiles: Paris as a Cultural Cross-Roads
    Claude de Grève (Université Paris 10) : Les émigrés russes comme acteurs du renouvellement de la critique de la littérature russe en France, au XXe siècle

    18:00h Conclusion

    18:15h Fin du colloque

    Informations pratiques

    contact *

    Charlotte Krauss (ckrauss@unistra.fr)

    Tatiana Victoroff (tatiana.victoroff@gmail.com)


    salle

    14, rue René Descartes - bâtiment Le Portique, salle 409


    programme actualisé

    www.europedeslettres.org


    Responsable : Tatiana Victoroff et Charlotte Krauss (Groupe de recherches « Europe des Lettres », dans le cadre de l'équipe d'accueil
  • Emigration russe Marina Tsvetaeva

     

     

    Ed réunis chaliap 003.jpg

     

     

     

     

    Le Messager Orthodoxe, le Vestnik

    et les amis d’YMCA-Press

     

    année 2008-2009

     

    ont le plaisir de vous inviter aux

    soirées consacrées à la culture russe

     

     

                                       

    La prochaine réunion aura lieu 

     

    le lundi 9 février à 18h 30 et sera consacrée à

     

    MARINA  TSVETAEVA

     

              avec la participation des éditeurs du premier volume des œuvres de  Tsvétaéva en français paru en janvier 2009 (Prose autobiographique)                               

    ·        Tsvétan TODOROV (essayiste)

    ·       Véronique LOSSKY

     

     

    Librairie « Les Editeurs Réunis »

    11, rue de la Montagne Sainte –Geneviève

    Paris, 5ème

     

    Métro Maubert-Mutualité

     

    Tsvetaieva, Campagnola 001-1.jpg

     

     

  • Valia Kropivnitskaya est décédée mardi 23 décembre à Paris

     

    Krpivnitskaya.jpg

    Valia Kropivnitskaya (née le 14 février 1924) est décédée hier, mardi 23 décembre à Paris. Artiste très discrète elle dessinait au crayon des personnages mi hommes mi animeaux dans un univers imaginaire d'une grande tendresse. Ses dessins ne peuvent être confondus avec aucun autre. Elle émigre à Paris en 1978 où elle continue à travailler en utilisant des crayons de couleur.

    Valia était la femme du célèbre peintre Oscar Rabine

     

    Во вторник вечером в Париже после продолжительной болезни скончалась российская художница Валентина Кропивницкая.

    Кропивницкая, супруга известного художника Оскара Рабина, родилась 14 февраля 1924 года в Москве. Ее отец — Евгений Кропивницкий — был известным поэтом, художником и композитором. В 1950-х годах вокруг него образовалась так называемая «Лианозовская школа», куда входили брат Кропивницкой, Лев, ее муж Оскар Рабин, а также ряд известных художников и поэтов.

    Валентина Кропивницкая вместе с мужем эмигрировала во Францию в 1978 году. В 2007 году в ГМИИ им. А. С. Пушкина состоялась выставка ее работ, на которой также были представлены произведения ее мужа Оскара Рабина и сына Александра Рабина.

    Source Lenta.ru

  • Parution d'un livre sur le cimetière russe de Sainte Geneviève des Bois

     

     

    images001.jpg

     

     

    « Les amis de l’histoire de Sainte-Geneviève-des-Bois et ses environs », grâce à l’aimable hospitalité de Messieurs Ivan et Nicolas de Boishue, ont le plaisir de vous inviter le vendredi 9 janvier 2009 à 11H00 à la Maison russe, pour la présentation de leur livre :

     

     « LA NECROPOLE RUSSE DE SAINTE-GENEVIEVE-DES-BOIS »

     

    Cet ouvrage, réalisé  avec le soutien de la municipalité, retrace la vie d’environ 250 personnalités diverses.

     

    Merci de confirmer votre présence en téléphonant au 01 69 04 22 01 ou par mail georges.lelu91@free.fr avant le 5 janvier 2009.

     

    Maison Russe, 1 rue de la Cossonnerie, 91700 Ste-Geneviève-des-Bois.

     

    Le livre est disponible à la librairie russe des "Editeurs Réunis"

    11, rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

    Tel : 01 43 54 74 46